Site de Michael Dambrun

Enseignant-chercheur en sciences psychologiques

 

La face obscure de la psychologie humaine (violence, haine, génocide, etc.), autant que sa beauté et sa dimension éminemment positive (bonheur, altruisme, transcendance de soi, etc), sont des sources constantes d'inspirations dans mes travaux. Si au début de ma carrière l'étude de l'intolérance, de la haine "raciale", des processus psychologiques génocidaires était au centre de mes intérêts, peu à peu j'ai été conduit à explorer en complément une autre dimension de la psyché humaine; celle où l'Homme rayonne, où il se transcende, pour vivre heureux dans un environnement où les Frontières s'évanouissent. C'est donc naturellement que je me suis intéressé aux questions du bonheur, de ses racines, dont la transcendance de soi, et plus récemment à la psychologie existentielle du sens de la vie.

Mes recherches essaient d'une part de comprendre la nature humaine et, d'autre part, d'apporter des micro-solutions. Autrement dit, je navigue entre la sphère théorique et empirique, et une approche plus appliquée. Cette articulation est pour moi riche de sens; elle permet non seulement de mieux comprendre la psychologie humaine, mais elle me donne également la perception de participer humblement à un monde meilleur.

Si l'approche "moléculaire" de la psychologie qui vise sans cesse à "parcelliser" la connaissance a son utilité, il me semble qu'elle a aussi ses limites. Sans renoncer à la première, je défends une approche intégrative. La complexité est probablement un tout différent de la somme de ses parties; c'est en établissant des ponts, des passerelles que l'on pourra comprendre l'Homme et sa psychologie, moteurs de son émancipation.

Enfin, même si je suis un "expérimentaliste" de formation, j'essaie d'adopter une approche multiple en ayant recours à des outils méthodologiques que je pense complémentaires (e.g. étude quantitative, qualitative, expérimentation en laboratoire, étude de terrain, étude corrélationnelle, documentaire vidéo et audio).

Je terminerai cette brève introduction par quelques citations qui reflètent mes inspirations du moment:

"Le "moi" est une commodité grammaticale, philosophique, psychologique." (Marguerite Yourcenar)

"Personne ne sait comment sont exactement les choses quand on ne les regarde pas." (Hubert Reeves)

"J'affirme que le sentiment religieux cosmique est le motif le plus puissant et le plus noble de la recherche scientifique." (Albert Einstein)

"L'homme qui observe évolue continûement jusqu'à ne faire qu'un avec le courant des choses." (Jiddu Krishnamurti)

Article à la une :

Dambrun, M. (2016). When the dissolution of perceived body boundaries elicits happiness: The effect of selflessness induced by a body scan meditation, Consciousness and Cognition, 46, 89-98. 

Anier, O., Guimond, S. & Dambrun, M. (2016). Relative deprivation and gratification elicit prejudice: Research on the V-curve hypothesis. Current Opinion in Psychology, 11, 96-99.


    

Article théorique de référence :

Dambrun, M. & Ricard, M. (2011). Self-centeredness and selflessness: A theory of self-based psychological functioning and its consequences for happiness.


Résumé: le modèle théorique présenté dans cet article se situe à l'interface de plusieurs disciplines (e.g. psychologie sociale, cognitive, interculturelle, du développement, philosophie de l'esprit, psychologie et philosophie orientales de l'attention vigilance). Ce modèle fait l'hypothèse que l'atteinte du bonheur est lié au soi, et plus particulièrement à sa structure. Nous proposons que la perception d'un soi structuré sous la forme d'une entité "solide" permanente et indépendante favorise un fonctionnement psychologique centré sur soi qui peut s'avérer être la source à la fois d'affliction et de bonheur fluctuant. Un fonctionnement "selfless" ou décentré de soi émerge lorsque la structure du soi est flexible (i.e. network dynamique de relations transitoires), et semble être une source de bonheur durable et authentique. Dans cet article, ces deux aspects du fonctionnement psychologique et leurs processus sous-jacents seront présentés. Nous explorerons également les mécanismes potentiels qui les façonnent. Nous conclurons par un examen des possibles applications de ce modèle théorique. Review of General Psychology, 15, 138-157 (2011).

 

Make a Free Website with Yola.